J’ai aperçu et ressenti ces émotions comme si j’étais des leurs . . ! @ me-monaco.me

Photographies de Bob Martin – Monte Carlo

À propos de l’artiste…

LOGO-BMPJ’ai toujours considéré la photographie comme une passion et non comme un métier, car comment voudriez-vous plaire aux autres si votre travail ne vous plaît pas en premier ?

 

D’abord, quel que soit le sujet de prise de vue, celui-ci est composé de 3 facteurs importants : l’émotion, appelée sensibilité, la beauté, ou talent, et l’originalité, SURTOUT d’autant plus que le TALENT d’un photographe, comme dans toute autre profession d’artiste, est un «Don du Ciel» !

 

En conclusion : si vous arrivez à «vous» faire plaisir en combinant ces 3 conseils, vous ne pourrez que faire plaisir aux autres. Dieu LUI-MÊME sera content puisqu’IL vous a donné ce «Don précieux» !

Depuis quelques années,

périodiquement, voulant me ressourcer artistiquement, je partais en voyage vers l’orient comme faisaient les jeunes générations d’autrefois en voulant faire LEUR TOUR du MONDE où le soleil levant est si beau le matin, . . . , en fait, pour tout vous avouer honnêtement, je ne suis pas allé très loin, jusqu’au Pays de Toscane !
(il mio Giardino di Eden’) !!

Panorama-della-Toscana-al-mattino-presto

Panorama della Toscana al mattino presto © me-monaco.me

Déjà un demi-siècle avant,

la chance m’a souri avec ma première venue à VENISE, alors que j’étais avec la Philharmonique & Fanfare Municipale de Nevers, nous avons donné deux concerts sur la Piazza San Marco (en face du Café Florian, excusez du peu) !!

Mon souvenir est clair comme si tout avait eu lieu hier, et du haut de notre gradin d’orchestre je voyais une jolie jeune fille en robe longue fleurie à l’ancienne que sa mère avait sûrement porté jadis !

Je dis à mon collège de pupitre, « regarde bien mon ami la jeune fille en bas à gauche, on dirait que TU AS FAIT UNE TOUCHE ».! Il me répondit avec un certain sourire , « CE N’EST PAS MOI qu’elle regarde, C’EST TOI »!!

Le jour suivant au dernier concert elle est revenue avec ses parents en nous invitant à les rejoindre au Café Florian après le concert, hélas notre départ était immédiat et, il n’y eu que le temps d’un petit ‘arrivederci’ car le CAR Nivernais à la station de Santa Lucia nous attendait pour le retour de nuit à Nevers…!!

Quelques années après, m’ engageant sur le Ponte della Libertà, ayant passé quelques jours parmi mes amis luthiers VÉNITIENS, je n’ai pu que m’arrêter quelques instants en regardant en arrière comme si quelqu’un m’appelait ‘Tu ne m’aimes donc pas assez pour rester encore quelque temps avec moi ?’

C’était sûrement elle, Angelica, qui m’appelait de l’au-delà ! « l’amour que nul n’oublie » (Victor Hugo) !

Il y eut encore quelques déplacements dans cette merveilleuse cité des Doges les années suivantes. Devenu entre temps semi – professionnel, j’ai dû m’arrêter à Bassano del Grappa pour quelques achats de matériel photographique: vous vous doutez bien que sur le retour une petite halte VÉNITIENNE m’attendait, mais hélas, ‘Angelica’ ne rôdait pas ce jour-là à la Piazza San Marco, pourtant elle me sembla apparaître en rêve !!

OUI, en buvant mon ‘APEROL SPRITZ’, ce drink tant apprécié au Café Florian qui vous fait faire des rêves hallucinants !!

Ensuite trois jours et deux nuit à l’Hotel Bauer Il Palazzo (on ne se prive de rien, !! ) pour une agence américaine afin d’assurer une production photographique pour la télévision, mais au final l’agence m’avait engagé pour faire un reportage photographique que la Télévision refusa , préférant que je joue comme figurant photographe lors de ce tournage. En fin de compte,on m’avait FILMÉ pour l’ambiance (et croyez-moi ou pas, ILS en ONT EU pour leur ARGENT !) (parfait exemple des américains à VENISE) !!

Vinrent ensuite les ANNÉES GLORIEUSES de passages à VENISE en 2009, 2012, (et j’espère 2015), deux semaines seulement sur place (faute de moyens),réussissant dix projets photographiques prioritaires dont : il Teatro La Fenice, le Projet Mose, la Punta della Dogana, et j’en passe des bons et des meilleurs. !

Et bien, JE N’EN AI RÉUSSI AUCUN (au cours de ces deux premières visites), et n’en ai PAS la moindre HONTE; j’ai pris toute la responsabilité de cet échec, mais, sachez qu’ensuite, personne n’aura pu m’ empêcher de réaliser le meilleur de moi-même, ce qui vient du cœur, ce qu’on appelle le talent de DIEU, à savoir des clichés INSOLITES, SECRETS & HUMANISTES ! (veuillez voir ci-après, si le cœur vous en dit . . .) !

Quelques recommandations qui ont été données :

Prince-Rainier

Prince Rainier III de Monaco

« Ce Monsieur (Bob) est un artiste d’un genre peu courant, puisqu’il est à la fois musicien et photographe. À travers son objectif, chefs d’orchestre prestigieux, solistes internationaux, grandes vedettes et musiciens « du rang » sont ainsi passés de la scène à la pellicule, pour constituer aujourd’hui un fonds iconographiques exceptionnel par sa qualité esthétique, son intérêt documentaire et historique. »

Rossanigo

Tiziana ROSSANIGO

« Bob a quelque chose de génial en lui et il le démontre dans ses photos qui sont toujours le résultat d’un professionnel qui arrive a capturer l’instant et à voir des choses que nous ne voyons pas ! ».

Cartier---Bresson

Henri CARTIER-BRESSON

« Vous être un photographe humaniste ! Je vois dans vos clichés les pensées et le cœur de vos sujets ! à travers votre travail ».

C’était lors d’un passage à Paris, en préparation de mon exposition «Quelques Notes de Musique à Monte-Carlo»

(2 décembre 1997-10 janvier 1998), et tout à fait par hasard, !
j’ai eu la plus grande chance et l’honneur de faire la connaissance de l’artiste Henri Cartier – Bresson lors de son exposition à la Maison Européenne de la Photographie en juin 1997, voyant qu’il était bien entouré, j’avais attendu le bon moment pour m’approcher de lui . . ., !

« Bonjour cher Maitre » surpris par mes mots , il me répondit :! « Oh non, simple photographe parmi d’autres’! et que puis-je faire pour vous, comment vous appelez-vous ? »!

J’ai répondu un peu hésitant: un simple photographe comme les autres, etc., je suis de passage à Paris pour régler différentes affaires concernant l’organisation d’une EXPO photographique, lui expliquant que PICTO m’avait demandé de passer les voir afin me montrer leurs premiers essais de tirages !!

‘PICTO’? me dit-il étonné, voilà la preuve d’un bon photographe, PICTO ne prend jamais n’importe qui » !!
J’avais sous les bras une boîte de 24/30 avec quelques tirages que PICTO m’avait envoyés prenant en compte différentes densités de noir/blanc qu’il me restait à choisir. Voyant que cela l’ intéressait nous avons regardé ceux-ci ensemble !

« PAS MAL DU TOUT, c’est la première fois qu’on me montre des photos de musiciens, alors : photographe spécialiste des musiciens d’orchestre ? Je comprends maintenant pourquoi PICTO vous accompagne, mais dans quelle agence travaillez-vous ? »!

« Hélas, je crains de vous décevoir cher Monsieur, en fait je ne suis NI photographe PROFESSIONNEL, NI MEMBRE D’UNE AGENCE PHOTOGRAPHIQUE, mais un simple musicien bientôt à la retraite ».!

Alors, il me répondit : « VOUS auriez du devenir photographe, la preuve en est LÀ !’!
« NON, cher Monsieur, la vérité est tout autre, en ce qui me concerne , TOUT EST DIFFÉRENT, d’abord parce que je suis un simple membre d’un orchestre philharmonique : je joue mon instrument tout en ayant au pied un déclencheur automatique pour mon appareil Nikon, attendant le MOMENT PRÉCIS et si SPÉCIAL comme un moment de GRAND CINÉMA pour solistes ou musiciens de l’orchestre, en fait pour ne faire qu’UNE SEULE & UNIQUE PRISE DE VUE jusqu’à alors IMPOSSIBLE, VOIR JAMAIS réalisée auparavant !!

Brahms

© me-monaco.me

Brahms, concerto de violon, 3ème mouvement, 3ème mesure, Salle Garnier Monaco, 29 avril 1976 (avec TOUS LES ARCHETS en l’air) excepté le mien, bien sûr) !

« Comment était-il possible d’avoir deux métiers ? » Henri Cartier-Bresson me demanda ? ! Il faudrait DEMANDER à DIEU, lui répondis-je. Je suis né musicien et ensuite, étant membre d’un orchestre je suis devenu photographe tout en gardant l’œil musical et composant différentes photos en musique . . . !!

A ce propos, permettez-moi de vous raconter une petite anecdote : Voilà une histoire unique qui se passe dans un orchestre philharmonique :

Un jour, lors d’une réception de mariage d’un des musiciens de notre orchestre, pendant que je parlais tranquillement avec Maître Paul Paray ,voilà qu’un confrère musicien soumit une question au Maître assez embarrassant pour moi : !
« MAÎTRE, que préférez-vous : que Bob joue son instrument avec NOUS ou qu’il fasse des photos de VOUS ? »!

Il y eut alors UN GRAND MOMENT DE SILENCE DE MORT, ensuite avec un calme tranquille et serein, le Maître répondit aussitôt à la question en suspens:!
« MOI, je ne sais qu’une chose, Bob fait de bonnes photos, tandis que vous, Monsieur, VOUS FAITES DES FAUSSES NOTES DANS L’ORCHESTRE ! »! Je n’oublierai JAMAIS ce moment, tandis que pour ce pauvre monsieur, ! Dieu l’appela quelque temps après (MAIS BON), il se passe des choses! bizarres à l’orchestre en question, comme la vie, que vous soyez musicien ou photographe, peut-être même les deux à la fois !!

N°79-Come-sia-stato-possibile-avvicinare-le-persone-cosi-viciano,-ma-è-stato-visto-!-

© me-monaco.me

Comment est-ce possible de se rapprocher des gens si prés sans pour autant être vu ?

N°76-VOILÀ,-mon-meilleur-et-authentique-image-de-Venise,-à-l'état-'PURE-&-CRIMINEL'-

© me-monaco.me

Voilà, une de mes préférées et authentiques images de VENISE, en l’état ! « Si pure & criminelle ! »

VENISE pour moi, aujourd’hui, reste une ville miraculeusement en vie, mais, pour combien de temps encore ?!

 

LE BOOK – « SOME PICTURES FROM VENICE »

© me-monaco.me

photographies de venise